Réponse de Xavier Roseren, Député de la circonscription 74-6 :

 

 

Le 02 juillet 2019

 

Monsieur le Président,

Vous avez bien voulu me solliciter pour connaître ma position sur l’avenir institutionnel de notre territoire et, plus particulièrement, sur l’opportunité de rassembler les départements de Savoie et de Haute-Savoie.

Sachez que je vous rejoins totalement sur le fait que les deux départements présentent de nombreuses similitudes et font face à de multiples défis communs. En effet, le Savoie et la Haute-Savoie connaissent des problématiques communes, telles que le tourisme ou l’agropastoralisme, qui nécessitent des réponses conjointes.

Les acteurs locaux ont d’ailleurs conscience de ce sujet et c’est pourquoi des structures se sont organisées à l’échelle des deux départements : Chambre d’agriculture, Savoie Mont-Blanc tourisme, chambre de notaires, université …

Ce travail en commun doit se poursuivre et cette mutualisation doit se renforcer afin que ce projet de fusion devienne une évidence pour les conseillers départementaux.

Comme vous le relevez, ces derniers se sont, par le passé, opposés à ce projet de fusion.

Cependant, je ne pense pas qu’imposer un tel projet par une loi soit une solution.

Je suis partisan du principe de liberté locale et je considère que l’instauration d’une collectivité territoriale unique relève d’un projet de territoire. En ce sens, l’imposer par une loi serait contreproductif et serait perçu par certains comme une ingérence.

Les territoires doivent pouvoir s’organiser librement selon leurs spécificités. Je ne peux défendre cette idée et ne pas l’appliquer au département dans lequel je suis élu.

Si le territoire, par le biais des actions citoyennes, des associations, des acteurs économiques et des élus locaux, multiplie les signes de rapprochement et prouve ainsi la nécessité d’avancer conjointement, la fusion s’imposera d’elle-même et s’imposera aux départements.

En somme, vous l’aurez compris, je considère que ces deux départements ont des enjeux et un avenir communs. Cependant, pour qu’une décision soit acceptée – et d’autant plus quand il s’agit d’organisation locale – elle ne doit pas être imposée mais construite et comprise par l’ensemble des intéressés. En ce sens, une initiative locale est à privilégier pour faire de cette fusion une réelle opportunité pour nos territoires. 

Je reste à votre disposition.

Xavier Roseren
Député de la Haute-Savoie