Nouveau retournement de situation dans le dossier du Lyon Turin. Malgré de nombreux rapports qui présentent le projet comme non rentable et non adapté (cour des comptes, inspection des finances), la commission d'enquête publique chargée d'étudier le projet de ligne avait donné en juillet dernier un avis favorable...

Projet effectivement irrationnel. Pour rappel, la fourchette d'estimation de son coût varie du simple au quadruple (de 7 milliards à 30 milliard d'euros). Une partie seulement de ce budget permettrait de développer bien d'autres projets de trains régionaux, de trams, de transports publics locaux, qui auraient un intérêt environnemental bien supérieur. En outre, on est en droit de se demander pourquoi le projet de cette ligne à grande vitesse transalpine, si contesté et si dispendieux, est encore défendu avec tant d'ardeur en cette période de grande rigueur budgétaire.

Coup de théâtre, ce mercredi 3 octobre 2012, le Canard enchainé dévoile un conflit d'intérêt au coeur même de la commission d'enquête publique. Dans son rapport -favorable- publié cet été, et cosigné par un certain Guy Truchet, on peut lire  à a page 124, "la Commission invite RFF à étudier le mémoire de l’entreprise TRUCHET TP qui propose de mettre à disposition du projet un terrain de 9 hectares dans la zone artisanale d’ARBIN, pour y stocker de manière définitive 950 000 m3 de déblais, après autorisation d’extraction de matériaux alluvionnaires." La société en question, présidée par le frère du commissaire enquêteur, pourrait, selon le Canard enchainé, générer un chiffre d'affaire de 20 à 50 millions d'euros.

 

Dans la vidéo de TV-Citoyenne, ci-dessus, Daniel Ibanez, de la coordination contre le Lyon-Turin, et Noël Communod, Conseiller régional MRS, dénoncent cette affaire et demandent l'annulation de la commission d'enquête.

 

LB


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir