Le MRS est un mouvement régionaliste. Il est  apparu dès la création de la région Rhône-Alpes, au début des années 70. Il a pour revendication principale que la Savoie soit reconnue comme une région administrative à part entière. Dans une démocratie, ne devrait-il pas revenir à la population de définir les contours de ses institutions territoriales ?

Au delà de cette visée première, le MRS est devenu au fil des années un mouvement d’idées incitant à s’interroger sur le fonctionnement démocratique de la France, pour proposer des évolutions, sans jamais en demander la séparation. Affichant ses convictions : le fédéralisme, la diversité culturelle, la prise en compte de l’environnement, notre mouvement a, de décennie en décennie, prolongé son action sans jamais se décourager.
En juin 2012, le MRS a affirmé sa refondation dans un manifeste de valeurs s'appuyant sur les quatre piliers suivants : Humanisme, Régionalisme, Démocratie, Écologie.

 

Quelles sont nos revendications ?

Plus que de réclamer un simple statut de région pour la Savoie, nous  demandons aussi à ce que notre territoire obtienne toute l'autonomie nécessaire pour son épanouissement, afin qu'elle puisse être gérée au plus près des besoins de ses habitants, en fonction de ses multiples spécificités : géographiques, frontalières, culturelles, historiques, économiques... Nous prenons comme modèles des territoires alpins proches avec lesquels les Savoyards ont tissé des liens ancestraux :
- la région autonome du Val d'Aoste, située sur le territoire italien,
- les cantons Suisses, qui disposent d'une très forte autonomie au sein de la confédération helvétique, en particulier : les institutions voisines des Républiques et Cantons de Genève, de Vaud, de Valais.

Au cours de ces dernières décennies, en Europe, les pays se sont organisés en fédérations ; leurs régions ont une grande autonomie et gèrent directement leur fiscalité qui représente 60 à 90% de leurs ressources selon les pays. (à peine 10% pour les régions françaises). Le résultat est là aujourd'hui : en France, la centralisation ne permet plus à l'État de contrôler ses propres dépenses pour des organisations aussi énormes que l'éducation nationale ou la sécurité sociale. La centralisation autour d'énormes ministères pour gérer la France depuis Paris n'est plus adaptée à notre temps. Les citoyens demandent une démocratie de proximité.

Nous portons pour notre territoire l'ambition d'une Région à taille humaine. Elle correspond à un espace de vie qui possède déjà une identité forte. Pour autant, la Région Savoie ne serait ni la plus petite, ni la moins peuplée des régions métropolitaines françaises et même parmi les plus importantes des régions intra-alpines d'Europe.

Dans une visée plus proche, nous soutenons ou promouvons aussi des orientations que nous estimons favorables pour notre territoire : c'est le cas par exemple de la réunification des deux départements 73 et 74. Nous prenons aussi position contre les projets inutiles ou destructeurs qui portent atteinte à la qualité de vie des Savoyards, ou grèvent son avenir.
Nous sommes par ailleurs attachés au respect des équilibres territoriaux et de la ruralité. Nous dénonçons les dérives des réformes administratives imposées depuis le sommet de la pyramide jacobine.

 

Le MRS est-il un parti indépendantiste ?

Non. Il y a souvent confusion entre la ligue savoisienne (mouvement indépendantiste qui a beaucoup fait parler de lui dans les années 1990/2000) et le MRS (régionaliste). Une région Savoie dotée d'une autonomie digne des régions européennes, au sein d'une France devenue fédérale nous conviendrait très bien.

 

À qui s'adresse le MRS ?

Le MRS s'adresse à tous les habitants de la Savoie, quelles que soient leurs origines. Ce qui compte, ce n'est pas là où l'on est né, mais là où on vit et avec qui l'on s'implique dans sa vie citoyenne.

 

Quelle est notre vision de l'identité savoyarde ?

L’identité que nous revendiquons n’est pas celle qui se construit sur la haine et le rejet. C'est au contraire celle qui nous appelle à mettre en valeur le meilleur de nous-mêmes afin de l'échanger et de le partager avec les autres. Quand on sait qui on est et où on habite, on peut accepter les autres beaucoup plus facilement. Attachés à notre patrimoine culturel et à nos racines, nous refusons le chauvinisme et affirmons en même temps la valeur et la dignité de tous les êtres humains.

 

A quel territoire correspond le projet du MRS ?

Notre projet n'est pas le résultat de considérations nostalgiques pour refonder l'ancien duché de Savoie. Il s'agit de dessiner une institution démocratique pour un bassin de vie clairement identifié travers sa géographie montagnarde et ses spécificités frontalières et culturelles. La région Savoie que nous projetons consiste à rassembler les deux départements 73 et 74 en une région institutionnelle, et d'y associer toutes les communes du pays de Gex, du Bugey et de l'Isère limitrophe qui le souhaitent. En particulier, l'ensemble des communes de la couronne genevoise situées sur le territoire français pourrait être rassemblé sous la même entité territoriale, ce qui faciliterait les relations transfrontalières.

 

Le MRS est-il engagé politiquement ? A-t-il des liens avec des partis politiques ?

Le MRS s'est engagé à de nombreuses reprises dans des élections. Il est actuellement en retrait de scrutins électoraux. Il est aussi l'un des partis fondateurs de la fédération des mouvements régionalistes de France (Régions et peuples solidaires), créée en 1995. (Corses, Bretons, Alsaciens, Catalans, Occitans, Basques, Amazighs...). Il est aussi membre de l'Alliance Libre Européenne.

Des liens ont été créés avec Europe Ecologie à partir de 2009.
En 2010, le MRS obtient ainsi un élu au conseil régional Rhôme-Alpes (Noël Communod). Par la suite, ce parti, devenu Europe Ecologie Les Verts, a choisi de (re)devenir partenaire du Parti Socialiste et a rompu progressivement ses liens avec le régionalisme.

Le MRS donc est à ce jour un mouvement totalement autonome.