Il est à craindre qu'une fois de plus pour les savoyards, l'acte III de la décentralisation n’accouche que d’une souris. Toutes les réformes territoriales qui se succèdent se heurtent au même problème : les élus chargés de voter les textes sont directement concernés, puisque la grande majorité d’entre eux cumulent les mandats. Chaque niveau du millefeuille défend ses compétences et se constitue en lobby. Il en va ainsi en Savoie où la concurrence entre les différents niveaux du millefeuille se fait au détriment de l’Unité qui nous rendrait plus forts.

 

Ce sont les sénateurs qui ont été chargés de mettre en œuvre les « états généraux décentralisés de la démocratie territoriale ». Dans chaque département des consultations ont été mises en œuvre. Celle-ci ont été réalisées en quasi catimini en Pays de Savoie. Dans de département 73, nous n'avons pu connaître la date, qu'après que celle-ci ait eu lieu ! Dans le 74, une réunion a bien été organisée, le samedi 29 septembre à la Roche sur Foron. Celle-ci s’est révélée malheureusement fort décevante.   Le public était trié sur le volet. Selon les organisateurs, seuls les élus au suffrage direct avaient le droit de séance. La démocratie territoriale est donc une affaire d'initiés !



Deux cent élus étaient présents ; ceux de la majorité au pouvoir furent étrangement silencieux et l’ancienne majorité avait préparé une animation sous sa houlette, faisant voter la salle à main levée, après avoir exposé comment il convenait de voter : un grand moment de démocratie expéditive ! Les « États généraux de la démocratie territoriale » ne furent pour nous qu'une triste mascarade.

Un exposé sur la Région Savoie, présenté par Noël Communod, eut bien du mal à se faire entendre tant l’UMP est décidé à tout faire pour récupérer la majorité à la région… Rhône-Alpes.

N’étant pas certains que notre projet ait été porté aux Etats généraux par les trois sénateurs de droite et du centre qui étaient censés porter les propositions savoyardes, nous l’avons adressé directement et nous le joignons en annexe.
Une fois de plus, les Pays de Savoie vont manquer le train de la régionalisation qui, pourtant est à portée de main.  


Mais qui donc s’oppose à l’avènement d’une Région Savoie ?
Les forces qui se sont opposées in extremis à la création de la Région Savoie sont diverses. Elles se nomment « priorité à ma carrière personnelle nationale » pour un certains nombre de nos « grands élus » depuis 40 ans. Elles se nomment aussi « priorité politicienne » et « volonté de garder le pouvoir local » (pour l’UMP) ou de le conquérir (pour le PS).

NC-LB

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir